Translate

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - R - S - T - U - V - W - Y - Z

AVERTISSEMENT

Amis lecteurs
Je ne fais ce Blog que pour vous faire decouvrir les tresors du Judaisme
Aussi malgre le soin que j'apporte pour mettre le nom de l'auteur et la reference des illustrations sur tous ces textes , il se pourrait que ce soit insuffisant
Je prie donc les auteurs de me le faire savoir et le cas echeant j'enleverais immediatement tous leurs textes
Mon but etant de les faire connaitre uniquement pour la gloire de leurs Auteurs

LE BUISSON ARDENT

Moïse devant le buisson ardent - Marc Chagall

Le buisson ardent
La première rencontre prophétique entre Dieu et Moïse se fera dans le désert du Sinaï. Là Dieu charge Moïse d'être son envoyé pour libérer Israël de l'esclavage. 
Le prophète avancera quelques arguments pour refuser ce rôle, mais il y sera contraint au final, aidé par son frère Aaron.


Exode chapitre 4
11 - L'Éternel lui répondit: "Qui a donné une bouche à l'homme ? Qui le fait muet ou sourd, clairvoyant ou aveugle, si ce n'est moi, l'Éternel ?

Rachi (1040 – 1105)
Qui a placé une bouche:  qui t’a appris à parler quand tu es passé en jugement devant Pharaon à cause de l’Egyptien (que tu as tué) ?
Qui  rend muet:  qui a rendu "muet" Pharaon, l’empêchant de confirmer  ton exécution, "sourds" ses serviteurs, qui n’ont pas entendu l’ordre  te concernant, et "aveugles" les bourreaux, qui ne t’ont pas vu t’échapper de l'estrade d'exécution lors de ta fuite ?
N’est-ce pas moi: dont le nom est Hachem, qui a fait cela ?
akadem


Au buisson ardent Moïse refuse d’accomplir la volonté divine prétextant que le peuple n’aura pas foi dans ses propos.  Dieu considère, selon le midrash, cette réponse comme une médisance, alors que les enfants d’Israël sont des croyants fils de croyants.


Midrash Aggada (Ed. Buber) Exode chapitre 4 
Et eux ne croiront pas en moi : Le Saint, béni soit-Il, lui répondit : « qu’as-tu dans ta main ? ». Est-ce que le Saint, béni soit-Il, ne savait pas ce qu’il avait dans sa main ? Et de plus pourquoi le transforma-t-Il en serpent ? En fait le Saint, béni soit-Il, lui dit : « tu tiens dans ta main la conduite du serpent originel qui a médit et qui fut frappé de tsaraât [maladie de la peau qui touchait les médisants], de même toi car tu as dit « ils ne croiront pas en moi », alors qu’ils sont des croyants fils de croyants. Croyants car il est dit : « le peuple eut foi et ils écoutèrent etc. (verset 31) ; fils de croyants comme il est dit « il [Abraham] eut foi en l’Eternel etc. » (Gn XV, 6). Et du fait que tu as médit sur eux, tu seras frappé de tsaraât. akadem


Le buisson ardent est un petit arbuste, humble, épineux et typique du désert.
La présence de Dieu à cet endroit nous indique qu' "il n'y a pas de lieu dans le monde où Dieu ne soit présent, même là où il y a des buissons ou ronces " (Chemot Raba 2). Il n'y a pas d'endroit où il n'est pas possible de trouver Dieu.
Le buisson ardent contredit ouvertement les lois de la nature : en dépit du fait d'être un arbuste sec qui va se désintégrer rapidement au contact du feu, dans le cas présent, il brûle,mais il ne se consume pas.
Rabi Iosei a dit : "Pourquoi à partir de ronces ? Quand un homme met la main dans les ronces,il n'a absolument pas mal parce que les épines sont recourbées vers le bas. Mais s'il veut enlever sa main, celle-ci reste prisonnière des épines. De la même façon, les Israélites sont descendus en Egypte et ils y furent très bien reçus… Mais quand ils ont voulu sortir ils n'ont pas pu, on ne les a pas laissé faire…" (Mehilta de Rabbi Simon Bar Iohai)


La Rencontre de Moïse :
Moïse, qui rencontre D. au buisson, dit « buisson ardent. » Chez Moïse, le mouvement n’est pas philosophique, au sens grec du terme, mais existentiel. Moïse ne pense pas Dieu, il pense la souffrance des hommes.  Il constate l’oppression et arrive à la conclusion que dans tout rapport humain, même entre des esclaves, s’exprime un rapport de force, dominant – dominé. Dieu se révèle à Moïse dans ce buisson de feu qui ne se consume pas. Comprenons que la puissance de Dieu n’écrase pas l’homme. Le feu divin ne brûle pas le végétal, parce que Dieu retient sa puissance. La Loi est annoncée comme restriction de son propre désir d’Être. Toute puissance est une puissance de retenue et non d’imposition. La Loi sert à limiter la jouissance pour que l’autre soit aussi dans sa jouissance. Même l’amour appelle sa propre loi. Et Moïse deviendra l’homme de la Loi (Philippe Haddad)



Exode chapitre 3 
1- Or, Moïse faisait paître les brebis de Jéthro son beau-père, prêtre de Madian. Il avait conduit le bétail au fond du désert et était parvenu à la montagne divine, au mont Horeb.
2- Un ange du Seigneur lui apparut dans un jet de flamme au milieu d'un buisson. Il remarqua que le buisson était en feu et cependant ne se consumait point.
3- Moïse se dit: "Je veux m'approcher, je veux examiner ce grand phénomène: pourquoi le buisson ne se consume pas ? »
4- L'Éternel vit qu'il s'approchait pour regarder;  alors Dieu l'appela du sein du buisson, disant: "Moïse! Moïse!" Et il répondit: "Me voici."

Abraham ibn Ezra (Tudèle 1089 – Londres ( ?) 1164) 
Ce grand prodige : c’est le premier signe mentionné dans la Torah que Dieu fit à son prophète Moïse. C’est pourquoi Il lui dit : « ce sera pour toi un signe que Je t’ai envoyé » (Exode III, 12).
Et ceci constitue un bon signe, car l’ennemi est comparé au feu et Israël au buisson c’est pourquoi il ne se consume pas.

Aucun commentaire: