A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - R - S - T - U - V - W - Y - Z

AVERTISSEMENT

Amis lecteurs
Je ne fais ce Blog que pour vous faire decouvrir les tresors du Judaisme
Aussi malgre le soin que j'apporte pour mettre le nom de l'auteur et la reference des illustrations sur tous ces textes , il se pourrait que ce soit insuffisant
Je prie donc les auteurs de me le faire savoir et le cas echeant j'enleverais immediatement tous leurs textes
Mon but etant de les faire connaitre uniquement pour la gloire de leurs Auteurs

LE DREIDEL


                                                                 Le Dreidel - Toupie de Hanouka

Hanouka se permute dans l'annonce d'une lumière occulte.

Et même son jeu le plus infantile prend de l'importance radicale dans la symbolisation de l'histoire du peuple d'Israël et du monde entier

.Ainsi, je me réfère à la toupie, dreidel, ou toton, comme vous voulez l'appeler


.Vous verrez ci-après, aidés par les sages commeRamban et son commentaire à Bereshit 28:12; ou le Pirkei De Rabbi Eliezer 35; le Maharal Ner Mitzvah; le Bnei Yisasschar et son commentaire du Rav Nachman Bulman, comment se trouve, derrière le dreidel, une histoire fascinante.

Ses faces sont quatre lettres hébraïques
 NOUN - GUIMEL - HEI – SHIN -
initiales de “Nes Gadol Haiá Sham”, c'est-à-dire “Un grand miracle s'est produit là”, et c'est pour cela qu'en Israël on change la lettre finale, et au lieu de la Shin, on utilise une Pei, pour que la prière soit “Un grand miracle s'est produit ici (Po)”.

Mais il y a beaucoup plus ici qu'il n'y paraît.

Dans ce verset de la Genèse dont je vous ai parlé, ony dit quelque chose sur Iaakov: “Alors j'ai rêvé, il y a un escalier posé dans la terre, dont la partie supérieure atteignait le ciel. Les anges de Dieu montaient
,descendaient par cette échelle.”.
 Ramban, c'est-à-dire Najmánides, un des mystiques les plus proéminents de notre peuple, écrivit que dans le fait que les anges montaient et descendaient, dans le fameux rêve de notre troisième patriarche, se trouvait enfermée l'histoire de Am Israël. Et que ces anges étaient les gardiens protecteurs des quatre grands empires qui, dans le futur, domineraient le peuple juif :
Babylone, Perse, Grèce et Rome
.Alors, les quatre lettres qui entourent notre toupiene seraient-elles rien de plus que la représentation graphique de ces quatre empires ?Comment?

La NOUN symbolise Babylone, qui en l'an -586.détruisit le Temple de Jérusalem, la connexion physique du peuple d'Israël avec le Créateur, le lieu qui véhiculait le fluide d'énergie spirituel. L'âme ou le“Nefesh”, mot qui commence avec cette lettre NOUN,de Am Israël fut ce que cet empire endommagea

La GUIMEL est représentée par l'exile de Perse etdes Mèdes, relaté dans l'histoire d'Esther. Au travers de Hamán, cet empire chercha à détruire physiquement le peuple juif. “Guf” est le mot hébreu pour “corps”, ce que cet empire réussit presque à annihiler.

La SHIN est liée à la Grèce, justement notre histoire,dans laquelle cet empire essayait de dominer le “Sejel”(mot qui commence avec cette lettre), qui est la sagesse et la connaissance d'Israël. La tentative d'hellénisation de la Torah frustrée par les Maccabées.

La HEI, finalement, désigne Rome. L'empirequi a prétendu terminer avec tout “Hakol”,avec la “totalité” de l'existence juive. Ilsdétruisirent à nouveau le Temple (le second)et avec lui le “nefesh”, ils achèvent presque notre peuple après la bataille à Betar et ils nous laissent sans “guf”, et comme héritiers du monde hellénique, auquel ils ajoutèrent ensuite le christianisme comme religion de l'empire, ils cherchèrent au travers d'elle à se convertir en une Nouvelle Israël, en détruisant le “sejel” de Am Israel.

Et ainsi, toutes puissantes, ces quatre lettres, ou entités,ou empires, chacune d'elles inscrites sur une paroi du dreidel, sont toutes en dernier ressort, bougées par un petit point qui se trouve à la base, comme si c'était la lettre “iud”, la plus petite de toutes et celle qui précisément symbolise le “yid”, le “juif”.

 Et cepoint est comme le peuple juif, énormément petit mais sur lequel, très souvent, le monde entier tourne.Vous n'avez qu'à lire les journaux de cette semainepour vous rendre compte qu'il en est ainsi.

Et comme toujours, et bien que nous ne le remarquons pas, la main qui bouge le dreidel, ainsi que toute l'existence, est celle qui est au-dessus. Et cette même main, malgré tant de force, de pouvoir, de splendeur de tant d'empires (d'autres utilisent les mêmes lettres,mais les appellent différemment: Nabuchodonosor,Gog, Haman y Seir), celle qui a garanti que tout ce qui reste encore pour raconter l'histoire soit ce même petit peuple que tous ceux-là tentèrent de faire fléchir.


Hag Sameah!..

Rabbin M. Polakoff
jccenters.


1 commentaire:

Amran a dit…

Un site passionnant!!!
Merci bonne continuation à vous!