Translate

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - R - S - T - U - V - W - Y - Z

AVERTISSEMENT

Amis lecteurs
Je ne fais ce Blog que pour vous faire decouvrir les tresors du Judaisme
Aussi malgre le soin que j'apporte pour mettre le nom de l'auteur et la reference des illustrations sur tous ces textes , il se pourrait que ce soit insuffisant
Je prie donc les auteurs de me le faire savoir et le cas echeant j'enleverais immediatement tous leurs textes
Mon but etant de les faire connaitre uniquement pour la gloire de leurs Auteurs

LES LUMINAIRES



La Torah compare le peuple juif à la Lune

Josué successeur de Moïse
Le visage de la lune
Tout comme la lune ne fait que réfléchir la lumière du soleil, ainsi Josué n'est que le reflet de la lumière de Moïse.



Traité Baba Batra page 75a
"Tu lui communiqueras une partie de ta majesté" (Nombres 27:20) et non toute ta majesté. Les sages de cette génération ont dit: le visage de Moïse est comme le soleil et celui de Josué est comme la lune. Terrible fut  cette honte, terrible fut cet affront.


Isaïe chapitre 30 verset 26
26) La lune, alors, brillera du même éclat que le soleil, et la lumière du soleil sera sept fois plus vive, comme la lumière des sept jours, à l'époque où l'Eternel pansera les blessures de son peuple et guérira les meurtrissures qui l'ont atteint.akadem

Radak (1160 – 1235)
La lumière de la lune : La majorité des commentateurs expliquent ce verset pour les temps futurs. Et certains l'expliquent dans son sens premier, mais ce n'est pas exact. Et certains l'expliquent comme une parabole pour le grand bien qui adviendra à l'époque messianique. Et ce sera ainsi.akadem



« D. fit les 2 grands [astres] luminaires : le grand luminaire pour le règne du jour, et le petit luminaire pour le règne de la nuit, et les étoiles.»
(BERECHIT 1,16)


Dans la guemara ‘Houlin 60b, Rabbi Chim’on Ben Pazi dit :

Il est écrit « D. fit les 2 grands luminaires », et dans le même verset [celui en entête], il est écrit « Le grand luminaire … et le petit luminaire … ».
Cela prouve donc que la lune est petite, alors pourquoi parle-t-on des « 2 grands luminaires » au début du verset ?
Au début les deux astres étaient identiques (grands), mais la lune dit au Saint Béni soit-Il, « est-ce possible que 2 rois utilisent la même couronne ? ». D dit donc à la lune « Vas et fais toi petite ».

La lune continua : « Maître du Monde, parce que j’ai dit une chose sensée, je vais me faire petite ? »
D. répondit : « Vas et éclaire le jour et la nuit ». En effet, il y a des moments où l’on peut voir la lune, même en plein jour.
La lune : « Une bougie allumée, en plein après midi, à quoi cela sert-il ? »
D. répond : « Vas, Israel comptera grâce à toi les jours et les années ».
La lune : « Le soleil aussi sert à compter les saisons ». = Le soleil influe sur le calendrier car on ajoute tous les 2 ou 3 ans, un mois supplémentaire à notre calendrier lunaire, pour que nos fêtes suivent les saisons. D’ailleurs, deux versets plus tôt la Torah nous a dit que les 2 astres servent de « signes pour les fêtes, les jours, les années » Berechit (1,14).

D. dit « Vas, des justes seront appelés par ton nom ». Comme Yaaqov le Petit (comme la lune, qui est le petit astre), Chmouel le petit, David, le Petit.

D. vit que la lune n’était pas satisfaite, alors il dit : « Que l’on apporte une expiation sur Moi, J’ai rendu la lune petite ».

C’est l’explication de Rabbi Chimone Ben Laqich, pourquoi pour le sacrifice supplémentaire de Roch Hodech (Moussaf), est-il écrit « Sacrifice expiatoire pour D » ? Car D. a dit que le sacrifice sera l’expiation d’avoir rendu la lune petite.

Ce passage de la guemara est évidemment incompréhensible. Comment envisager que le Roi a besoin d’expier Ses actes ? … Nous comprenons donc que nous ne comprenons pas. En effet, plusieurs commentateurs expliquent que ce passage de Guemara fait référence aux secrets de la Création, … C’est normal donc de ne rien comprendre à cette expiation.

En tout cas, ce que l’on comprend dans ce passage, c’est que la Lune a été punie. Elle dit qu’il n’y a pas de place pour deux astres avec la même couronne, elle perd sa place.

Dans la Guemara Chabbat 88b, on a :

Ceux que l’on offense, et qui n’offensent pas (en retour), ceux qui écoutent les insultes et ne les rendent pas … sur ceux là, le verset dit « les aimés [de D.] comme le soleil dans sa force (Chofetim = Livre des Juges 5,31).
Le sens premier du verset est que ceux qui acceptent les insultes sans les rendre seront les aimés de D. comme le soleil illumine à son zénith.
Mais, le second sens est peut être encore plus intéressant.

Le soleil fait partie des offensés (par la lune) et n’a pas répondu. Quel a été le résultat ?
Le soleil est resté seul et la lune, l’offenseur a perdu la couronne.

C’est cela le message : si on fait profil bas, si on sait fermer sa bouche, quand elle nous démange, parce que l’Autre en face de moi a objectivement tort, et que moi j’ai raison, … alors … on grandit beaucoup plus.

Même si les jours redoutables sont passés, c’est toujours bon à rappeler … et à mettre en pratique.

Stéphane Haim COHEN limud


Pourquoi la lune est-elle importante dans le judaïsme?

Psaumes 8,4: "Lorsque je considère les cieux, oeuvres de Ta main, la lune et les étoiles que tu as formées... qu'est donc l'homme (pour Toi) que Tu penses à lui et le fils d'Adam pour que Tu le protèges?!
Psaume 72, 5-7: Que l'on te vénère tant que brillera la lune... que la paix soit abondante jusqu'à l'extinction de la lune...
Psaume 104,19: Il a fait la lune pour marquer les périodes du temps.
Psaume 136,9: Rendez hommage à Hachém car Il est bon car sa bonté est éternelle... c'est Lui qui a fait la lune et les étoiles pour régner sur la nuit, car Son amour est éternel.


Dans le Midrache.
- Béréchite Rabba chapitre 6 sur le verset 1,4 de Béréchite.
Si le soleil a été créé pour donner la lumière, la lune le fut pour "sanctifier" le jour du début du mois et les années. C'est le Patriarche Yaâqov qui est particulièrement relié à la lune dans le rapport au monde de lumière brutale qui est celui de Essav (Esaü) qui est le monde occidental.
- Béréchite Rabba chapitre 10,4 démontre une grande connaissance des cycles des différents astres par nos Sages et le chapitre 6,7 les montre discutant sur les formes des ellipses des astres et elurs divergences en fonction des conséquences sur les saisons.
- Chémote Rabba chapitre 15 (paracha Bo, spécialement verset 12,2) sur les versets du Cantique des Cantiques. Il réfère explicitement à Esther qui est comme la lune et vient voir le Roi chaque 30 jours; ainsi Israël. Et si la lune ne brille pas, pendant la nuit l'obscurité serait totale, ainsi sans la Torah d'Israël (J'ajoute, à condition qu'Israël soit de ce niveau, qu'il doit avoir comme Esther et sa communauté, et alors le salut d'Israël serait assuré et particulièrement entre Israël et l'Iran). Comme celle de la lune, la lumière d'IsraËl augmente et décroit et remonte. La lune est l'une des 4 choses que D.ieu a montrées à Moché pour les lui expliquer.
- Vayiqra Rabba, chapitre 30,2 compare les visages des Sages en Torah au soleil et à la lune (comprendre pourquoi).
- Vayiqra Rabba, chapitre 31,9 sur le verset 24,2 montre combien D.ieu a associé Israël car c'est Lui seul qui a créé les lumières du ciel mais il a demandé à Israël d'allumer les lumières aux fêtes, en correspondance.
- Bémidbar Rabba, chapitre 18,20: le soleil et la lune sont présentés comme des partenaires spirituels vivants montant parfois symboliquement dans les qualités des Cieux et s'adressant au Créateur. Ils ont par là un rôle d'enseignement.
- Dévarim Rabba, chapitre 1,14 poursuit ce rôle vivant et montre que la lune comme Israël peut avoir des phases difficiles à l'avenir (mais non les étoiles). Et le chapitre 5,12 réfléchit sur le fait que le soleil a plus de stabilité que la lune.
- Cantique des Cantiques Rabba, chapitre 3,11 revient sur un thème classique: pourquoi le soleil et la lune ne sont-ils jamais tournés l'un vers l'autre d'une certaine manière au cours de leurs différents cycles et il y voit une grande délicatesse entre ces deux éléments comparés à l'eau et au feu qui doit nous enseigner.
- Cantique des Cantiques Rabba, chapitre 6,10. Il fait remarquer que la lune brille également pendant le jour et pendant la nuit, ainsi d'Israël. Et Israël brille en cette période du monde, et aura droit au monde futur.
- Cantique des Cantiques Rabba, chapitre 7,3 montre que la disposition du Sanhédrine (tribunal suprême de Jérusalem) avait la forme de la lune en croissant et également du foetus dans le ventre de la mère et nous inspire réflexion.

Dans le Zohar
- Dans le volume III, et dans les Tiqouné Zohar 82a, il revient en de nombreux passages (82-216b-273b) sur le fait que le soleil semble avoir disparu mais, en fait, c'est lui, alors qui procure la lumière à la lune. Objet de réflexions profondes pour chacun personnellement, pour Israël et pour comprendre D.ieu. Le thème du fait qu'il faut une coordination et une répartition des rôles mais non deux rois est souvent souligné dans nos textes (I 252b).
Il n'y a donc pas d'indépendance dans la production de notre lumière (léit néora lsihara). II 215a. Ainsi d'Israël envers son Créateur et c'est pour cela qu'Israël compte ses années selon la lune (I 46b).
Bien entendu, notre attention éducative est attirée par les notions de renouvellement ('hiddouche) que manifeste la lune (I 192a). Et, delà par la nécessité de comprendre l'interdépendance de ce qui réussit et de ce qui manque (III, 281b). Ce manque est même manifesté dans l'écriture de l'hébreu où la consonne vav manque au mot méorote dans Béréchite pour bien le marque et le Zohar nous apprend à gérer la vulnérabilité qui en découle face aux forces négatives (I 169b). Le Zohar enseigne aussi sur le fait que la lune est nommée de deux façons (yaréa'h et levana), une au masculin et une au féminin (Tiqouné Intro 13b).
Mais des enseignements sont tirés aussi, d'après les nuances en ce qui concerne Israël et les nations, spécialement dans les périodes de croissance ou de décroissance (III 281b) et la lune le manifeste et les forces négatives tentent d'en profiter (II 205a et III 248b).
En fait, tout cela nous enseigne d'abord la sensibilité, la nécessité de l'observation, de la réflexion et de la science du moment opportun; mais aussi de savoir remercier, louer et bénir à ces moments, spécialement quand la lune a atteint son éclat, c'est la question du qiddouche lévana (II 188a).
Cela nous enseigne aussi l'importance de la délicatesse à l'exemple du soleil puissant qui ne voit pas la face en déficience de la lune (Tiqouné Zohar 51a).
Dans un âge comme notre époque où le gouvernement et la politique sont le plus souvent l'oeuvre des arrogants et brutaux, nos textes nous apprend à être conscients de notre place: la lune ne brille pas par elle-même et quand le soleil domine, la lune ne se place pas alors en position dominante également (I 236b). Et il est important de ne pas se tromper quand c'est l'heure du plus faible de briller (la lune) car à ce moment-là on devient susceptible de faire erreur sur la puissance, et se manifestent alors les aspects négatifs des forces et ce sont les vulnérables dont les bébésd sont le symbole qui en pâtissent (I 34a).
On le voit par là, le Zohar n'est pas un recueil de science bizarre et ésotérique sur des mystères mais elle nous relie de façon existentielle à l'essentiel et nous fait alors vivre de la Torah. Sinon la réflexion de la Torah pourrait devenir cérébrale et ne plus toucher l'action. C'est pour cela que le peuple juif a toujours lu le Zohar et une pratique est d'en lire un passage chaque jour au même titre qu'un passage de la Torah, de la Michna, du Talmud.modia

*

Lorsque D.ieu fit le choix de Son monde, Il y instaura des débuts de mois et d'années. Lorsqu'Il fit le choix de Jacob et de ses enfants, Il y instaura des nouveaux mois de délivrance.

Midrache Chémot Rabbah 15:11


Le sujet général du Roch 'Hodech est le renouvellement ('hodech vient de 'hadach, « nouveau »), la renaissance de la Lune après qu'elle ait achevé de décroître jusqu'à disparaître totalement. Et, bien qu'elle n'apparaisse en cet instant que comme un point lumineux, elle inclut déjà potentiellement toute son évolution ultérieure, de même que la naissance de l'homme porte en elle toute sa vie. Cet instant est donc appelé roch, la « tête » du mois, car il est comme la tête qui inclut en elle tout le corps.

Or, la Torah compare le peuple juif à la Lune, et, comme celle-ci, il connaît un renouvellement à chaque Roch 'Hodech. En effet, le Roch 'Hodech est le moment où se révèle dans l'âme de chaque Juif l'étincelle de Machia'h qu'elle contient, le niveau de Yé'hida, qui est une parcelle de l'âme du Machia'h (dont l'âme est la Yé'hida collective du peuple juif). En imprégnant toute les facettes de la personnalité du Juif avec la profondeur de la Yé'hida, cette révélation engendre un renouveau de tout son être, à même d'entraîner la révélation et la venue du Machia'h.

Il faut néanmoins comprendre pourquoi c'est précisément la renaissance de la Lune qui évoque la Délivrance messianique et non le moment de la « pleine lune ».

Nos Sages ont en effet enseigné que l'âge d'or de l'Histoire juive, au temps du roi Salomon et du premier Temple, fut comparable à la pleine lune : de la même façon qu'il faut quinze jours pour que la Lune soit pleine, il fallut quinze générations depuis Avraham notre père jusqu'à Salomon pour atteindre cette plénitude. Or, sachant que l'ère messianique sera marquée par une perfection encore plus poussée, il semble plus logique de la comparer à une situation de « pleine lune », quand celle-ci brille de toute sa lumière, plutôt que de « nouvelle lune », dans laquelle on commence à peine à en percevoir l'éclat.

Cette apparente incohérence nous mène à conclure qu'il existe une qualité, un avantage inhérent à la « nouvelle lune » qui ne se trouve pas dans la situation de « pleine lune ». C'est cette qualité qui se révélera au sein du peuple juif lors de la Délivrance messianique et c'est pourquoi celle-ci est précisément comparée à la « (re)naissance » de la Lune.


Issu d'un Discours du Rabbi de Loubavitch - 28 'Hechvan, Roch 'Hodech Kislev et Chabbat (2 Kislev) - Paracha Toldot 5752

Aucun commentaire: