A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - R - S - T - U - V - W - Y - Z

AVERTISSEMENT

Amis lecteurs
Je ne fais ce Blog que pour vous faire decouvrir les tresors du Judaisme
Aussi malgre le soin que j'apporte pour mettre le nom de l'auteur et la reference des illustrations sur tous ces textes , il se pourrait que ce soit insuffisant
Je prie donc les auteurs de me le faire savoir et le cas echeant j'enleverais immediatement tous leurs textes
Mon but etant de les faire connaitre uniquement pour la gloire de leurs Auteurs

LA BEDIQUA


Alphonse Lévy : Bedikath 'hametz (la recherche du 'hametz)



La nuit du 14 Nissan
La Bediqua
Les lois relatives à la fête de Pessah sont étudiées dans le traité de Talmud intitulé " Pessahim".
La première Mishna (enseignement) de ce traité concerne la "Bediqua" c'est-à-dire la recherche du Hametz .

Mishna, Traité Pessahim, chapitre 1.1 La nuit du 14 Nissan on recherche le Hametz à la lueur d’une bougie. Là où on ne rentre pas le Hametz il n’y a pas besoin de Bediqua (recherche).


Note : Littéralement, "Or" signifie la lumière donc on devrait traduire : le jour du 14 Nissan, pourtant il s’agit de la nuit du 14 Nissan ! (c'est-à-dire le 13 au soir). Le Talmud explique que l’auteur de la Mishna a préféré employer un terme qui évoque la lumière, pour ne pas associer l’élimination du Hametz à l’obscurité. Nous pouvons en déduire que la Bediqua apporte la lumière dans la maison.
akadem

*

Cacherout

Etant donné que l’on a fréquemment diagnostiqué des pathologies pulmonaires chez les animaux censés être cachères, nos ‘Hakhamim ont institué un examen systématique de l'appareil pulmonaire : la bediqa .

Cette bediqa , qui est effectuée par le cho‘het (« sacrificateur rituel »), consiste à passer la main délicatement le long du poumon et des lobes pulmonaires, pour sentir la moindre adhérence pulmonaire ( sir‘ha ).



*


La Nidda



La Torah considère le statut de NIDDA comme un état d’impureté spirituelle, pour s’en défaire, il est nécessaire de procéder à une puification prescrite par la Torah qui obéit à deux principes indissociables, qui sont le temps et l’action.
LE TEMPS : Représenté par le HEFSEK TAHARA (examen de propreté)  suivi des CHIVANEKIIM (7 jours de propreté)
L’ACTION : L’immersion dans le Mikvé
Quand est-on NIDDA ? 
Lors du cycle, la moindre goutte de sang issue de l’uterus se trouvant à l’exterieur du vagin ou même dans le vagin rend la femme NIDDA.
Les lois de Taharat hamichpa’ha sont conçues pour être en harmonie avec la trame physique, émotionnelle, spirituelle et psychologique de la femme. Elles lui permettent et lui demandent d’être « en contact » avec elle-même de façon très réelle et consciente
LE CALCUL DES ONOTS :
Toutes les femmes en général ont un cycle irrégulier vesset lo kavoua, on calcul :
Onat ha’hodech (ona mensuelle) : la date du calendrier hébraïque à laquelle les règles ont commencé le mois précédent. Cette ona sera soit le jour soit la nuit selon le moment du début des dernières règles
Onat haflaga (ona de l’intervalle) : le nombre de jours qui a séparé les deux dernières périodes menstruelles.
Ona beinonit (ona commune) : le 30ème jour à partir du début des dernières règles.

HEFSEK TAHARA

Après la fin de son saignement menstruel, la femme doit s’inspecter pour confirmer qu’elle peut aborder la préparation qui mène au changement de statut de nidda à tehora
Le hefsek tahar, confirmation de la fin du saignement menstruel, comporte une inspection interne du vagin pour vérifier que le saignement de l’utérus a entièrement cessé.
Une fois qu’elle s’en est assurée, la femme peut commencer à compter les chiva nekiim, sept jours nets, à prtir du lendemain. Le jour du hefsek tahar n’est pas compté comme l’un des sept jours nets.
On fait hefsek tahara le soir du 5ème jour qui suit le début de l’état de nidda.
Avant de faire la bedika il faudra se laver la partie inférieure du corps ou tout au moins la région génitale et l’interieur du vagin avec de l’eau.
La bedika est valable tant qu’elle a été effectuée avant le coucher du soleil.
Le tissu pour la bedika doit être blanc, doux, propre et absorbant donc pas de synthétique, le coton hydrophile est déconseiller (ses brins se séparent) le mieux est du coton normal
Il doit être un carré de six à huit centimètres de côté


birkatcohanim

Aucun commentaire: